L’audit terrain a pour but de vérifier la conformité des actions mises en oeuvre par le personnel en fonction d’un référentiel donnée (GEHSE, MASE, OHSAS 18001 ou autres (QUALITASS…) et aussi de vérifier l’efficacité des actions sur le terrain par rapport aux causeries sécurité, objectifs et actions d’amélioration décidées.

L’audit terrain ne doit pas se faire par surprise mais doit être notifié à l’avance. En effet, le but d’une démarche d’amélioration, participative est d’instaurer un climat de confiance encourageant le retour d’expérience et la communication entre le personnel sur le terrain et son encadrement. Cette approche positive rassurera l’audité et montrera que l’audit a sa place dans une démarche d’amélioration continue permettant d’une part de mettre en lumière des écarts à corriger mais aussi de proposer des conseils concrets pour le personnel.

De plus, l’impartialité de l’auditeur, sa connaissance du terrain et de la réglementation rendra l’audit utile. Il devra être fait par une personne qui a suffisamment d’indépendance par rapport aux personnels audités afin de ne pas être « corrompu » ou plutôt influencé.

D’autre part, pour que l’audit terrain soit réussi, le travail de préparation est essentiel : veille réglementaire, formalisation de check-lists adaptées aux situations de travail, connaissance des Equipements de protection individuelle et des procédures de travail. connaissance et expérience suffisante pour savoir précisément ce qu’il faut contrôler et enfin parfaite connaissance du référentiel utilisé. Ceci nécessitera donc au préalable la mise en place de formation adéquate permettant l’acquisition d’un niveau de compétences suffisants pour mettre en oeuvre un audit.

Sur le terrain, on s’attachera à être à l’écoute du personnel, en alliant observation du terrain, analyse des documents utilisés et entretien individuel et collective. Une vérification des équipements de protection individuelle (chaussures de sécurité, lunettes, casques, harnais…) avec contrôle des dates de validité, un contrôle de la connaissance de la réglementation liée au terrain, de la conformité des équipements (limiteur de vitesse, contrôle technique..), la présence et validité des documents (CACES, permis, document de transport, plans, procédures de travail…), l’attachement à la satisfaction du client, le comportement et le souci du travail bien fait, le respect des procédures (zone de travail définie, nombre suffisant de personnel, le qui fait quoi, comment, pourquoi…), la gestion des déchets, le stockage du matériel et consommable, l’identification des produits utilisés et bien sûr l’identification des situations dangereuses. seront à prendre en compte.

A la fin de l’audit, les écarts repérés seront validés par l’audité directement sur le terrain afin de garder la transparence et des conseils éclairés pourront être prodigués afin d’avoir un impact plus élevé. De plus, il sera nécessaire de laisser la possibilité à l’audité de poser des questions, d’émettre des remarques, objections et pistes d’amélioration.

De plus, on profitera de l’audit terrain pour avoir des informations sur ce que pense le client, et sur tout ce qu’a vu le personnel sur le terrain lors des différents chantiers : Pratique du concurrent, besoin particulier du client, situation rencontrée…

Enfin, une formalisation objective et précise du résultat de l’audit terrain dans un mini rapport avec les check lists renseignées devra être mise en oeuvre. Celle sera communiquée à l’encadrement, et au personnel sur le terrain puis revue lors des causeries sécurité pour permettre une implication réel du personnel garant de la performance de la démarche « Sécurité ».

_________________________________________________________________________

RECEVEZ GRATUITEMENT UN MODELE DE RAPPORT DE VISITE CHANTIER

https://app.convertkit.com/landing_pages/91740?v=6

_________________________________________________________________________

Share This